Vous êtes ici : 1er Mai > Revue 2002   << Retour  

2002

Plus de 11 compagnies avaient répondu présent à notre invitation. Ce Rassemblement fut un bon moment partagé entre médiévistes. Plusieurs activités étaient prévues (entraînement, artisanats, jeux de force, visites guidées, initiation au long bow et à l'arbalète,...) mais les deux moments forts furent l'attaque du château et le concours d'hypocras.

 
 

L'attaque

Copieusement fervestis, les Legend défendaient la place avec une douzaine d'arbalétriers et autres archers et une dizaine de combattants. Pour attaquer, une fière poignée de gaillards nettement moins fervestis et n'ayant qu'une sizaine d'archers, mais gonflés par la rage de vaincre. La porte défoncée avec le bélier, les Legend se replièrent dans le vieux château, où il avaient suspendu le drapeau - but des assaillants - et en défendirent les deux entrées. Dès lors, il fut impossible aux assaillants d'aller plus loin. En effet, des pavois empêchaient toute entrée rapide dans la cour et les archers tenaient les assaillants en respect du haut des murs.

C'est après plus d'une heure de vaines tentatives de prise de la place qu'une trêve fut signalée. Les assaillants se replièrent dans le campement de la Verte Tente et firent le bilan. Mais les espions signalèrent bientôt que la porte avait été redressée et clouée, ce qui réduisait à néant toute tentative de défonce au bélier. C'est là qu'une idée fut émise : l'encadrement de la porte n'étant pas ancré dans la maçonnerie, il serait possible, grâce à un grappin, d'abattre celui-ci libérant le passage. Le forgeron plia vite quelques ferrailles et y noua une solide corde. Tous reprirent leurs armes et montèrent à l'assaut de la porte. Le stratagème marcha si bien que les Legend durent de nouveau se replier dans la haute-cour et reprendre leur défense blindée.

 

 
C'est là qu'un valeureux liégeois de la Malemort, Barthélémy le Vigneron, eut une idée sournoise qu'il s'empressa de livrer à Jehan, capitaine de la Verte Tente : subtiliser des cottes d'armes bourguignonnes - portées par les Legend - traînant près des prisonniers, s'en munir et tenter de pénétrer les lignes ennemies en se faisant passer pour deux des leurs. Adopté. L'attention des prisonniers détournée - afin qu'ils ne révèlent pas le subterfuge - les deux compères s'en allèrent au campement de la VT. Là, ils enfilèrent les cottes d'armes, abaissèrent la visière de leurs salades et s'en furent dans les couloirs des casemates. Pendant ce temps la bataille faisait rage aux entrées et les assaillants n'arrivaient toujours pas à pénétrer les défenses bourguignonnes. Impossible d'approcher à distance d'attaque, les archers fléchant quiconque s'approchant des pavois.

Les archers bourguignons retinrent leurs flèches, de peur de blesser l'un des leurs. Les deux hommes reculant butèrent bientôt contre les défenses ennemies. On ne les empêcha pas d'entrer. A peine dans la place, ils trucidèrent les défenseurs et marchèrent d'un pas décidé vers le drapeau. Ils traversèrent les deux lignes de défense ennemies et arrivés au pied du drapeau, Barthélémy grimpa sur la muraille et le détacha. Celui-ci chut dans la basse-cour.
Là, un helvète assaillant eut le réflexe de vite récupérer la prise en évitant les tirs tendus des arbalètes bourguignonnes et s'en fut avec le trésor. A l'intérieur, les deux hommes se dépêchèrent de se prendre le chemin inverse et quittèrent la haute-cour sans encombre. Abusés, les Legend reconnurent l'astuce et la victoire liégeoise.

Suite >>

[Accueil] [1999] [2000] [2001] [2002] [2003] [2004] [2005] [2006]