Vous êtes ici : Le 15ème siècle > Histoire > Les Batailles Liégeoises > Othée   << Retour  

A la nouvelle de cette épouvantable déconfiture, les Liégeois députèrent quelques citoyens, amis du prince, pour le supplier de pardonner à ses sujets et d'intercéder en leur faveur auprès du duc de Bourgogne; l'évêque le promit, toutefois il en excepta ses ennemis, et ils étaient nombreux. Le parti des Perwez étant anéanti ou atterré, les amis de Jean de Bavière se relevèrent et coururent sus aux haydroits pour les livrer à l'évêque. Quelques-uns de ceux qui s'étaient jadis déclarés pour les Perwez, crurent échapper en se retournant du côté opposé et en criant plus haut que les autres : Vive Bavière, à bas ses ennemis! Mais cela leur réussit mal : c'est ce qui arriva entre autres à Jean de Seraing et à Jean de Rochefort. Ce dernier, après avoir refusé, comme nous l'avons vu, la dignité de mainbourg, se laissa entraîner plus tard du côté des factieux par Henri de Perwez, son beau-frère. Il avait joué un rôle double; il fut victime de sa faiblesse ou de sa perfidie.

L e 28 septembre, le peu de bourgeois qui restaient encore à Liége sortirent de la ville deux à deux, et se rendirent dans une plaine entre les villages de Grasse et de Bolsée, où l'armée ennemie les attendait rangée en ordre de bataille : là se trouvaient les princes et l'évêque...
 

Ces malheureux se jetèrent aux genoux de ce dernier en lui criant merci; on lui livra au même moment les seigneurs de Seraing et de Rochefort, et cent vingt autres des principaux factieux; il les fit décapiter sur l'heure, et on jeta leurs corps dans les carrières. Aussitôt Jean de Jeumont entra dans la ville, s'empara du légat que Pierre de Lune, le pape d'Avignon, avait envoyé à Thierry de Perwez; d'Isuin, suffragant du même Thierry; de vingt quatre autres adhérents des Perwez, pour la plupart ecclésiastiques, et il les fit tous précipiter dans la Meuse. Beaucoup de femmes eurent le même sort : entre autres, l'ambitieuse et infortunée veuve de Henri de Hornes, la cause première du malheur de sa famille. A Huy, il y eut encore dix-neuf têtes coupées. Les exécutions se poursuivirent avec une égale activité dans diverses autres villes.
==========================

(1) Chroniques de Monstrelet.
(2) Verum pauperes quorum illic copia fuerat, inermes et debiliter loricati, cum a dorsis ferirentur, primos oppresserunt et in globum magnum exaggerarunt, adeo ut non tam hastis et saggitis, quam pressuris suorum morirentur. Zantfliet.

<< Retour