Vous êtes ici : Le 15ème siècle > Les 32 métiers de Liège > Texheurs   <<< Retour  

 

L'apprentissage était de deux ans. Pour chef-d’œuvre, l'apprenti devait présenter telle sorte d'ouvrage dont il voulait user, soit nappes, taies ou toiles, et celui qui voulait fabriquer plusieurs espèces devaient faire autant de chefs-d’œuvre différents. Le chef-d’œuvre était accompli en présence et sous la surveillance du Reward.
Les tisserands avaient leur maison sise sur le Marché comme la plupart des métiers d'ailleurs dès l'année 1450. Cette maison, avait précédemment appartenu aux houilleurs. La maison fut appelée maison des Texheurs aux XVème et XVIème siècles. On sait d'après les participants à un vote que le nombre de compagnons appartenant au métier était d'environ 98 en date du mois d'août 1628.

Le métier comprenait les tisseurs de toile, fabricants de nappes, serviettes et objets de lin. D'après Ed. Poncelet, le nom de «Tellier» qu'on lui donne dans d'autres localités serait plus exact et permettrait de distinguer les tisserands des drapiers, des toiliers ou encore des blanchisseurs de toiles. Quoi qu'il en soit, on trouvera les règlements concernant les devoirs professionnels dans le métier des cureurs et toiliers.

Tout comme le boulanger qui parfois se contentait de faire le pain à partir de la farine apportée par le client, les tisserands pouvaient tisser les fils fournis par le client. Les commandes devaient être honorées dans les deux mois sinon le client pouvait obliger le compagnon à faire le travail. Si cela ne suffisait pas, les Gouverneurs de la corporation avaient le droit de s'introduire chez le maître de mauvaise volonté et d'y saisir des gages. S'ils n'en trouvaient pas ils pouvaient faire enlever tout le matériel de production et le mettre aux enchères.



 

 
     
© J.Maréchal - Pixures