Vous êtes ici : Le 15ème siècle > Les 32 métiers de Liège > Fèbvres   <<< Retour  

 

Les batteurs et les serruriers étaient localisés derrière saint Paul, rue du Méry, rue des Carmes et rue des Croisiers.

Le 15 février 1481, les échevins de Liège défendirent à Jehan Pasque de travailler à sa forge et batterie d'armures installée sur le marché. Ce sont les voisins et même le métier des fèvres qui en avaient fait la demande auprès des autorités.
A toutes les époques, les fèvres ont été ainsi amenés à déménager. Au XVIIIème siècle, les autorités désignèrent des endroits de la ville où les maréchaux et les serruriers pouvaient établir leurs fourneaux et leur atelier.

En 1421, un différent surgit entre les maîtres batteurs et leurs ouvriers, au sujet des heures de travail ; un comité composé de délégués des parties intéressées, le Tribunal du Travail de l'époque, décida que de Pâques à la Saint Remy, les ouvriers travailleraient depuis quatre heures du matin jusqu'à sept heures du soir, soit quinze heures ; de la Saint Remy au grand carême, depuis l'aube du jour jusqu'à son déclin ; du grand carême à Pâques, depuis cinq heures du matin jusqu'à six heures du soir. D'autres conflits au sujet des heures de travail eurent lieu entre 1387 et en 1406.

Premier métier dans l'ordre de préséance, le métier des fèvres est celui qui regroupait le plus grand nombre de personnes et de professions. Il comprenait tous les artisans qui travaillaient les métaux (sauf l'or et l'argent) et en faisaient le trafic. Il y avait donc des maréchaux, forgerons, cloutiers, couteliers, taillandiers, serruriers, chaudronniers-mignons, potiers de cuivre et d'étain, fabricants et marchands de canons et d'armes à feu, fabricants et marchands d'épée, hallebardes, marteaux d'armes, mors de brides, éperons, étriers, marchands de métaux, épingliers, fondeurs de cloches, horlogers, etc.

Un tel amalgame de métiers parfois fort différents pouvait amener des conflits dont certains finirent par ruiner les antagonistes.

On localise habituellement les fèvres au fameux Ilot des fèvres soit à l'endroit où les bras de la Meuse forment des îles.



 

Une cloche avait été installée à l'angle des rues du Vertbois et des Prémontrés afin de pouvoir être entendue de tous les compagnons. Elle annonçait le début et la fin des travaux et était sans aucun doute le précurseur de nos sirènes d'usines.

 

«Si on aborde le domaine de la réglementation économique, dit Georges Hansotte, ce qui nous frappe surtout, c'est la place qu'y tiennent les stipulations relatives aux rapports entre patrons et salariés. Très tôt, le contrat de travail devient prétexte à conflits dont nous trouvons l'écho dès le XIVème siècle».
Par exemple, on trouve un décret daté du 20 août 1348, renouvelé le 24 décembre 1374 selon lequel les métiers des fèvres des villes de Liège et Huy s'engagent l'une envers l'autre. En 1402, un traité analogue fut conclu entre fèvres liégeois et tongrois.

 
© J.Maréchal - Pixures
© J.Maréchal - Pixures