Vous êtes ici : Le 15ème siècle > Les 32 métiers de Liège > Entretailleurs   <<< Retour  

 

sortes d'accoustrements nouveaux, avec broderies, vendre neufs habillements et chausses. Ils pourront besogner en drap, soye (soie), laine ou autres estoffes, faire robes, capes, manteaux, pourpoints, chausses, châles, foches (blouses, sarreaux), cotterons, collets et autres habillements d'homme et de femme. Cependant, le bourgeois pourra confectionner toutes sortes d'habillements pour lui-même et pour sa famille».
Même à ce point délimité, il arrivait qu'un conflit éclate, témoin de l'ordonnance prise par Clément de Bavière le 5 décembre 1794. Des tailleurs avaient fabriqué eux-mêmes, avec des déchets, des boutons d'étoffe destinés aux vêtements de leurs clients. Le prince estima que cela allait porter préjudice à la manufacture de boutons de crin, soie et chamois de Liège. Aussi défendit-il à tous de porter sur soi d'autres boutons que ceux qui provenaient de ladite manufacture.

Ici encore, le consommateur était protégé. Le vêtement qui était mal coupé était présenté aux officiers qui désignaient le défaut et statuaient sur la somme de dédommagement à laquelle avait droit le client. En plus; l'entretailleur devait se procurer un drap identique et recommencer l'ouvrage à ses frais. Si le client voulait encore réclamer, il avait quinze jours pour le faire. 

Etaient compagnons du métier les tailleurs d'habits, les couturiers, les tailleuses et les couturières. De même qu'il existait une harmonie entre les corbesiers et les corduaniers, les entretailleurs (ou tailleurs) s'arrangeaient avec les vieux-warriers. Cette sorte de solidarité professionnelle se marquait notamment par le fait que les tailleurs et les vieux-warriers se partageaient les droits d'acquets des nouveaux membres, que ceux-ci aient choisi l'un ou l'autre métier. Tous les membres du métier avaient les mêmes droits : la confection de nouveaux habits et la vente des vieux habits. Si les deux métiers gardaient leur autonomie au point de vue politique, financier et élection de gouverneurs, ils étaient tellement proches l'un de l'autre que le règlement du 20 juin 1576 leur était commun.

Voici ce qu'il disait à propos des compétences des compagnons : «Les tailleurs d'habits pourront seuls élever table, tailler et besogner de toutes



 
© J.Maréchal - Pixures